Récit d’un sauvetage souterrain en 1899

Grotte de Nerbier à Jeurre (Jura)

Depuis plusieurs décennies, la grotte de Nerbier, captée pour la commune de Jeurre, reçoit périodiquement la visite des spéléos locaux. Si tous ces visiteurs casqués en ont parcouru de fond en comble les moindres boyaux, fissures et siphons, peu se sont penchés sur la présence de l'énigmatique statue de la Vierge qui garde en silence l'entrée de la caverne.
Certes, depuis des temps immémoriaux, d'autres grottes jurassiennes ont été placées sous influence religieuse, citons au hasard la grotte de la Balme d'Epy près de St-Julien, la grotte Ste-Anne à St-Claude et la célèbrissime grotte de Lourdes pour l'échelon national. Mais à Jeurre, la sobriété de l'aménagement et les ronces envahissantes font exclure l'idée d'un quelconque pèlerinage en ce lieu.

La lecture de la plaque de marbre noir apposée au socle rocheux nous donne un début d'explication :plaque
L'usage des chiffres romains n'étant pas d'un emploi courant, rappelons que MIXCCCXCIX se traduit plus simplement par 1899. Nous sommes donc bien en présence d'un ex-voto plus que centenaire.
La tradition spéléologique n'ayant pas gardé le souvenir d'un quelconque accident en ce lieu au cours d'une période aussi reculée, une enquête s'avéra nécessaire afin d'éclaircir ce mystère.
Comme nous l'avions fait en 1985 lors des recherches historiques sur l'Inaccessible de Vaucluse, nos investigations se portent d'abord sur les Archives Départementales du Jura. Là, nous sommes allés consulter en détail les différents journaux de cette fin du 19ième susceptibles de relater les faits. Rapidement nos recherches ont été récompensées par la lecture des hebdomadaires et des titres suivants:
- "L'accident de Jeurre" de "l'Union Républicaine" du 3 et 8 novembre 1899
- "Cinq ouvriers bloqués dans une grotte" de "l'Union Jurassienne" des 4 et 11 novembre 1899
- "Emouvants sauvetage" de "La Croix du Jura" du 12/11/1899
viergePar la suite, Jean-Claude Frachon, féru bibliographe, nous fit parvenir deux documents recelant quelques détails précieux. Le premier texte est emprunté à "Spélunca" N°:17/20 de 1899. L'article : "L'ensevelissement de la grotte de Jeurre" est signé de E.A. Martel. Le second document est tiré des "Annales des Mines" de 1900 "Note sur le sauvetage de cinq ouvriers enfermés dans une grotte naturelle a Jeurre". L'Ingénieur en chef des Mines de l'époque, M.Nentien, y relate les opérations de sauvetage avec un souci du détail inouï. Ce texte, vieux de plus d’un siècle, est d'une telle fraîcheur que nous avons choisi de le reproduire en intégralité dans la seconde partie de cet article.
Si monsieur Nentien est très loquace sur la phase purement technique du sauvetage, les détails circonstanciés de l'accident nous sont plus particulièrement communiqués dans le document de Martel et dans les trois articles de journaux. La transcription intégrale de ces différents textes serait longue et fastidieuse et nous avons donc préféré en faire une synthèse narrative résumant les faits dans leur contexte.