Exsurgence de Brive (Lavans-les-Saint-Claude)

Christian et Renaud Locatelli, Loïc Perrouelle (Oyonnax), François Jacquier

Troisième plongée de la SDNO cette année pour le rééquipement et topographie de ce siphon majeur du Haut-Jura. Lulu m'avait gentiment prévenu et je rejoins donc la troupe vers 11h30. Une partie du matériel a déjà été acheminé jusqu'à l'entrée de la vasque et j'arrive juste pour le pique-nique en famille…

La séance d'équipement devant le siphon n'est pas sans rappeler une mission spatiale. Une débauche de matériel sophistiqué qui laisse perplexe un plongeur de la vieille école comme moi ! Les recycleurs, devenus monnaie courante, côtoient des scooters sous-marins et une foule de bouteilles relais, sans parler des combinaisons dernier cri, totalement étanche avec chauffage intégré et "purge pipi"…

Loïc se charge du rééquipement en fil d'Ariane tandis que Renaud le suit à distance en effectuant la topographie sur le fil métré. Leur plongée débute juste après 13h, elle est prévue pour durer deux à trois heures.

Une demi-heure plus tard c'est au tour de Lulu de se mettre à l'eau. Pour sa part il a l'intention de se contenter d'une plongée d'observation dans les premières centaines de mètres en fouinant dans tous les recoins. Comme tout le monde est désormais sous l'eau il ne me reste plus qu'à aller m'étendre au soleil…

Quarante minutes plus tard Lulu émerge en surface et me fait part de quelques observations dont une qui est assez étonnante et demanderait confirmation : A 22 m de profondeur et à 150 m de l'entrée environ, en cherchant sur les bords de la galerie il dit avoir repéré une coulée stalagmitique… En aucun cas cette dernière aurait pu se développer sous l'eau, ce qui équivaut à dire que cette partie de l'exsurgence a été exondée à une époque reculée. Constat étonnant quand on sait que l'entrée s'ouvre au niveau de la Bienne, donc au point bas de l'encaissement de la vallée.

Vers 15h30 et après deux heures et demi sous l'eau, c'est au tour de Renaud de refaire surface. La mission topo s'est bien passée, le relevé a été effectué jusqu'à 460 m de l'entrée (à confirmer). Sur le trajet retour il a laissé Loïc qui est descendu plus profond et a encore plus d'une demi-heure de palier à faire.

Ce temps d'attente est mis à profit pour acheminer une grosse partie du matériel sur les 200 m de sentier qui mènent aux voitures. Au deuxième voyage Loïc est ressorti. Il a atteint la grosse salle qui s'ouvre à 700 m de l'entrée pour une profondeur de 65 m (à confirmer). L'eau était claire et il a été impressionné par les dimensions de ce vide noyé. Il a pu remonter jusqu'au plafond et les écarts de mesures au profondimètre donne une hauteur totale de 17 m.

Encore un voyage lourdement chargé pour moi avant de quitter tout le monde pour une autre mission !

Une nouvelle plongée devrait avoir lieu d'ici quelques temps et apporter quelques connaissances supplémentaires sur ce mystérieux siphon.