Grotte de la Doye "A" (Les Nans)

chiroCindy Francisco, Thomas Mischler, Claire Mermet, Angélique Frichet, Guillaume Ballet, Jean-Claude Gelin, Jérémy Bolard, Lous Daudey, Willy Bourgeois-Moine, François Jacquier 
 

La foule des grands jours avec dix réponses positives pour cette proposition de sortie sollicitée par Claire en milieu de semaine. Il y avait longtemps que l'on n'avait pas vu ça !

Cindy doit être rentrée relativement tôt, donc le choix de la grotte doit se faire en conséquence. La grotte de La Doye qui ne présente pas de difficulté est donc retenue, seuls Angélique et le président connaissent déjà et ce sera une découverte pour tous les autres.

la DoyeTout débute à la manière d'un ramassage scolaire : Thomas à Ravilloles après moultes recommandations des parents, Cindy à Leschères qui nous présente sa maman, dernier ramassage à St-Laurent pour Claire et Angélique (venues sans papa ni maman…) qui viennent occuper les dernières places de la bétaillère présidentielle. Deux bottes de fourrage pour être peinard pendant le voyage et on peut enfin partir pour les Nans !

la doyeArrivés sur place Guillaume et Jean-Claude sont déjà là depuis peu, puis arrivent Willy, Louis et Jérémy pour compléter le tableau final. On s'équipe puis on fait un rapide tour du site en passant par les entrées des grottes "B" et "C" qui est la plus importante mais défendu par un siphon dès l'entrée. On repère également la grotte de tuf dite "Aux Ours" du fait de ses deux nounours en bois sculptés.

On emprunte finalement le sentier qui grimpe entre les blocs jusqu'à l'entrée de la grotte "A". Il ne reste plus qu'à allumer nos lampes avant de pénétrer sous terre. Après un court passage bas la galerie prend des proportions confortables. Plusieurs flaques d'eau profondes occupent le fond de la galerie et il faut raser les bords en regardant bien où l'on met les pieds. Quelques observations viennent ponctuer le parcours : cristaux de calcite avec traces ferrugineuses, talus de marnes argoviennes qui forment ici la couche de base imperméable, amalgames de nodules de fer au fond du ruisseau ou encore une radiole d'oursin fossilisée. Le tout sous l'oreille attentive de quelques chauves-souris qui prennent des notes...

la doyeUn peu plus loin la progression se complique un peu avec le franchissement d'une zone d'effondrement où il faut se faufiler entre la paroi et un amas de blocs. Le dernier passage bas franchi la galerie redevient confortable et le groupe atteint rapidement le siphon terminal, terminus pour aujourd'hui. Les plus jeunes (et surtout les plus minces) se faufilent dans un boyau latéral agrandi il y a quelques années dans l'espoir de court-circuiter par le haut la zone noyé .

la doyeL'heure tourne et il faut songer à ressortir sans attendre les téméraires pour garantir l'heure de retour prévue pour Cindy. Une pause photo un peu plus loin permet au groupe de se retrouver au complet pour l'inévitable photo de famille. Pour une fois il faut noter que tous les flashs fonctionnent du premier coup !

A la sortie du passage des blocs le groupe se scinde en deux, ceux qui doivent ressortir avec Cindy et les cinq autres qui, sans contrainte d'horaire, peuvent aller visiter quelques salles supérieures.

Avant de rejoindre la voiture, passage obligé à la grotte aux Ours pour une cavalcade silencieuse sur le dos des deux plantigrades en bois.

Retour sans problème sous forme d'un nouveau ramassage scolaire inversé et Cindy sera (presque) à l'heure pour sa prestation théâtrale !


 inscriptionsPour terminer le compte rendu du président déjà bien complet, je vous raconte la suite de la journée après le départ des occupants de la "bétaillère présidentielle". Le groupe se retrouve donc diminué de moitié mais ne se laissant en aucun cas abattre, nous inscriptionsvisitons les salles supérieures de la grotte A. c'est assez sympa et il y a pas mal d'inscriptions sur les parois, certaines remontant au XIXeme siècle. Nous ressortons tranquillement et nous dirigeons vers les deux autres grottes. inscriptionsCelle qui est la plus proche de La Doye A est une sortie d'eau lorsque le terrain est bien arrosé mais comme nous l'avait dit François, non pénétrable. La troisième est pénétrable mais un siphon à une dizaine de mètres de l'entrée en interdit la visite, c'est pourtant tentant et, dans un excès de confiance, je me mets à l'eau des fois que le niveau soit un peu bas et que la traversée sans matériel soit possible. Mon optimisme est bien vite mis en péril par le peu de place entre le plafond de la voûte et la surface de l'eau, s'ajoutant à cela une température plus que vivifiante de l'eau signifient la retraite inscriptionsest décidée. Quoiqu'il en fut de ce samedi, Jean Claude et moi avons décidé de revenir équipés et de faire une nouvelle tentative surtout que notre bon président nous à fait parvenir toute la documentation concernant cette grotte et que ça a vraiment l'air sympathique.inscriptions

En conclusion, une sortie bien sympathique avec plein de monde et de belles grottes, que dire si ce n'est merci à tous et à très vite pour une nouvelle visite.

Guillaumeinscriptions

Pour compléter le récit de la Doye, les inscriptions de la salle supérieure de la grotte A , certaines datent de 1800. elles sont particulièrement  émouvantes avec comme exemple celle de l’instituteur Ruty de 1865. celle de l’équipe constant , Mathurin…de 1872 de vrais prénoms de cette fin de siècle, celle de Lamy Omer et de son épouse Julie ! l’A J Champagnole !?

Il nous manquait un vrai appareil photo pour fixer ces histoires du passé , mais elle sont là pour quelques temps encore.

J.C.