Baume de la Favière (Arsure-Arsurette)

Pierre-Jean Barletta, Guillaume Ballet, François Jacquier
 
Un belle sortie technique, inopinée, que l'on doit à une simple étourderie de Pierre-Jean. En effet le week-end précédent, lors du stage "Burgo-Comtois" Pierre-Jean qui déséquipait a oublié son kitounet contenant son nécessaire de secours vers -105 m. Une bonne raison de joindre l'utile à l'agréable en retournant le chercher.

Rendez-vous sur place au chalet des Arches à 14h30 avec Guillaume puis direction le parking habituel au pied de la Haute-Joux. Les 3 sacs d'équipement ont été préparés le matin même au local, on peut donc partir directement une fois harnachés. Avant d'atteindre la Favière, le président, comme à son habitude, propose une visite touristique du secteur en montant les entrées de la faille d'Arsure puis du gouffre de la Racine.
Dès l'entrée de la Favière c'est Pierre-Jean qui se colle à l'équipement en mettant en applications toutes les techniques apprises dans ces deux stages successifs. Rien à redire sur l'équipement en lui même mais la recherche idéale des amarrages est souvent longue, il faut dire que les spits sont nombreux mais que la plupart sont dans un état lamentable, voire même inutilisable. Pendant ce temps, pour l'arrière garde, ça laisse le temps de remettre des amarrages ou de peaufiner l'équipement. De plus, le président a tout le loisir de se remémorer les épopées glorieuses de l'hiver 1984/85 avec la découverte de la lucarne et de l'enfilade de puits qui lui succède.
Puits de 7m d'entrée, lucarne à -20 dans le P43, P27 et P23 (les puits des sanclaudiens ! ), P16, les sacs se vident comme convenu avec les longueurs de corde adéquates. Par contre pour le dernier P9, Pierre-Jean doit se rendre à l'évidence : il ne reste plus assez de corde pour atteindre le fond... Et là, miracle ! Le président exhibe une longueur de 20 m qu'il avait rajouté "au cas où" dans le sac d'accompagnement !
Pierre-Jean peut retrouver finalement son sac. Il s'en suit un instant émouvant où PiJi  sert dans ses bras un kitounet qui remue de la queue en lui donnant des coups de tête... touchant ! (dans un souci de respect de la vie privée cette séquence a été effacée de la bande vidéo).
Il ne reste plus qu'à remonter et c'est le président qui se charge du déséquipement, ce qui lui permet de remonter tranquillement à son rythme. Une petite pause grignotage sur la plateforme entre le P27 et le P23, on échange les sacs et c'est reparti vers la surface. Il est 20 heures passé quand le dernier spit est dévissé à l'entrée et que nous entamons la descente dans la nuit vers les voiture. Une petite bruine nous accompagne et finira en pluie battante pendant le voyage retour.
Sortie sympa dans un gouffre propre et sec, et ce n'est pas Guillaume qui découvrait la cavité qui va contredire !
Pas de photo, désolé on était déjà bien chargé !