Congrès fédéral à Nantua

Jean-Claude Gelin, Louis Daudey, Willy Bourgeois-Moine, Jérémy Bolard, Guillaume Ballet.

Ce samedi, nous partons de Vevy, Jean Claude, Johan, notre préside de CDS et moi même de Vevey direction Nantua pour congrès de spéléo numéro 47. Nous arrivons sur le coup des 10h30 et prenons nos marques, camping, insciption pour la Falconette, récupération des bracelets non électroniques etc...
Les trois jeunes nous rejoindront directement sur les lieux de l'activité de l'après midi et il faut avouer que la synchronisation est impeccable car nous arrivons tous à environ 10 minutes d'intervalle. Le temps d'une omelette aux oignons et tout le monde est près.

Après une jolie montée, nous arrivons au gouffre de Rochance qui nous servira d'entrée pour la traversée. C'est assez vertical mais pas trop et en plus c'est beau ce qui ne gâte rien. On a même droit à un petit pont, pas de bois mais de singe au bas d'un p50 fractionné. Nous arrivons ensuite dans un méandre où chacun à sa manière se débrouille pour garder les pieds au sec. Après plusieurs questionnements sur le cheminement, nous arrivons à la base du gouffre de Conches que nous allons emprunter pour retrouver la surface. L'équipement en simple ne permet pas d'absorber le nombre de visiteurs et il faut prendre son mal en patience pour rejoindre la base du P26, antépénultième puits de la remontée. Dix ou douze personnes devant nous et une bonne quinzaine derrière, ça fait du monde! Par chance un groupe à prévu une corde au cas où et c'est avec grand plaisir que nous laissons une place pour doubler l'équipement avec un diamètre 8. La fin de la ballade se termine sans soucis et c'est à la sortie, sous une pluie battante et avec un balisage plus que light que les choses se compliquent. C'est moi qui ai les clés de l'auto donc naturellement, je sorts dans les premiers pour que tout le monde se changent le plus rapidement possible. Nous partons avec Jérémy sous deux morceau de rubalise mais au bout de quelques dizaine de minutes, il faut se rendre à l'évidence, le chemin n'est pas très évident à discerner au milieu des bois. Nous rejoignons tout de même les voitures et commençons à nous changer lorsque nous sommes rejoins par le reste de la troupe et même constat, quel balisage de "m....e"!
Avec toutes ces péripéties, nous arrivons à Nantua vers 22h, juste le temps de manger le repas chatoulard. Jean Claude nous quitte après le repas et nous autres rejoins-nous la soirée de gala histoire de boire une ou deux bières au sec.
Dimanche matin, reveil sous la pluie, pliage de tentes petit dej, visite et achat de deux ou trois bricoles puis retour dans le Jura où il fait presque beau.