Canyon de la Teinte

Arnaud Prince et Rachel Humbert

Un moment que la néoprène nous appelait pour une nouvelle sortie mais le froid, la pluie, la neige nous retenaient un peu, nous l’avouons aisément… C’est encore une fois Rachel qui pousse à une sortie, besoin de se vider la tête des problématiques professionnelles.

Le choix sera porté sur la Teinte pour plusieurs raisons : pas encore été visitée en 2018, descente courte et peu aquatique.

On se change sur le parking habituel et prenons le sentier d’accès. Plus besoin de faire attention à l’heure de passage des trains, nous marchons en partie sur les voies.

La montée commence, le sol n’est pas très mouillé, on se dit qu’encore une fois nous allons faire le canyon sans eau. Erreur de notre part, lors de la montée, nous sommes à un moment juste au dessus de la gorge et nous entendons l’eau coulée. Rachel a le sourire. Nous allons enfin pouvoir « faire La Teinte en eau ! »

Nous arrivons au seuil de départ, après s’être fait la remarque que les mains courantes sur le chemin d’accès ne sont pas très jolies et ont tendance à être un peu trop détendues par endroit.

L’appareil photo est déjà sorti pour capturer la glace qui entoure le canyon. Rachel est aux anges et s’enthousiasme devant ce qu’elle voit. Parois glacées, sortes de stalactites de glace (creux au centre) passant juste au dessus du cours d’eau. L’appareil photo va chauffer, mais pas nous... La température frôle le négatif et, à proximité de l’eau, le ressenti, lui, est clairement négatif.

Les cagoules des néoprènes sont appréciées, le thé chaud dans le thermos aussi. La descente se passe sans difficulté. La glace ne gêne en rien l’évolution car non présente sur le cours d’eau. Ce qui gêne par contre c’est Rachel qui s’arrête toutes les 10 minutes pour faire des photos. Bon celles-ci seront réussies pour le coup mais ça prend du temps. Presque pire que le Président… :-P

 

TPC : 2h00