Période 1978/2003

Suite à cette démission, François Jacquier prend la présidence du S.C.S.C pour ne plus la quitter durant les 35 années suivantes.
Les années 80 et l'avènement des "sports nature" entraînent une véritable explosion des effectifs, en 1982 le club regroupe 42 membres issus de diverses localités du sud du département.

Des sections décentralisées avec dépôts de matériel se créent à Arinthod, Cernon, Crançot et Prénovel. Le SCSC devient ainsi le plus gros club du département et bon nombre de ses membres s'investissent également au sein du Comité Départemental et au sein de la Fédération. On comptera ainsi 12 brevetés fédéraux (initiateur et moniteur) qui prodigueront leurs connaissances à la formation des nouvelles recrues.

Dans le même temps le club de Saint-Claude se place en leader pour l'organisation des secours en milieu souterrain dans le Jura. Les principaux membres actifs font tous partie des équipes d'interventions spécialisées (plongée, téléphone, assistance victime, évacuation et gestion). Plusieurs de ses membres se voient tour à tour nommés Conseillers Techniques auprès du Préfet afin de mener à bien l'organisation des opérations de secours.

Quelques belles explorations sont effectuées durant ces années, dont les prolongements des grottes des Foules ,de Menouille, des Brasselettes ou la découverte des gouffres de la Favière et de Bélard qui deviennent les plus profonds du département.

Parallèlement aux sorties spéléos le canyoning se développe et quelques membres du club peuvent être considérés comme les précurseurs de l'activité dans le Haut-Jura.

Deux "Echo des Cavernes" seulement voient le jour durant cette longue période, mais une feuille de liaison interne "Les chroniques du SCSC" sera publiée de façon bimestrielle de 1992 à 1998.
Trois accidents mortels viennent toutefois ternir cette période faste (1978 et 1995) mais tous trois sont survenus sur des itinéraires d'accès sans être véritablement imputables à l'activité spéléologique.

La fin des années 90 connaît une baisse progressive des effectifs ainsi qu'une hausse notable de la moyenne d'age. Le phénomène est général dans la majorité des clubs spéléos français, y compris dans l'autre association San-claudienne (ASSC).