Le gouffre des Grandes-Roches

Le gouffre des Grandes-Roches (Coyron) - Historique des explorations

Index de l'article

Historique des explorations

Le gouffre fut ouvert au début du mois d'octobre 1992 au hasard des travaux d'élargissement du C.D 470. M.Claudet, conducteurs de travaux de l'Équipement averti aussitôt Pierrot Doubey, son collègue spéléo d'Arinthod afin d'évaluer les risques encourus pour la future chaussée  
Dès le week-end (10/10/92), une équipe du Foyer Rural d'Arinthod se rend à la Grande Roche. L'exploration débute après une purge minutieuse de l'entrée et des paliers déstabilisés par les tirs de mines. Ce jour là, le gouffre est visité jusqu'à -38 après l'équipement des puits de 19, 12 et 4m. La suite est entrevue au-delà d'un passage étroit qui domine une verticale importante. Le lendemain, dimanche 11 octobre, le groupe élargit le passage et explore les puits de 25 et 7m avant d'être arrêté par un plan d'eau siphonnant.  
La semaine suivante (17/10/92), le S.C.S.C qui a eut vent de la découverte visite la cavité et s'intègre bon gré mal gré à l'équipe d'Arinthod. Le 18, une topographie interclubs est levée jusqu'au siphon qui a fortement baissé depuis la veille (cote -66m).  
Le 23 décembre, le niveau a encore baissé, ce qui permet d'explorer un dernier puits de 4m. A sa base s'étend un nouveau plan d'eau qui siphonne quelques mètres plus loin.  
Le 31 décembre, une équipe composite du F.R.A, de l'A.S.S.C et du S.C.S.C achemine du matériel de plongée jusqu'au siphon qui, après une nouvelle baisse de l'eau, se résume à une petite vasque au pied d'une paroi. Malgré toute sa bonne volonté, le plongeur ne réussira qu'à enfiler ses jambes dans le conduit étroit qui se prolonge sous l'eau.
Au mois de mars 1993, une équipe du S.C.S.C trouve le fond du gouffre totalement sec et constate que le boyau terminal est impénétrable au bout de 3 ou 4 mètres (cote -72m).
Participants aux explorations :
Foyer Rural d'Arinthod : L.Bediot, B.Bombois, P.Doubey, N.Corneloup, S.Corneloup, E.Ecarnot, O.Froissard, F.Marichy, S.Michaud, R.Sudan, M.S Thiebaud
S.C.S.C : E.David, L.Duparchy, F.Jacquier, B.Piard, D.Vuaillat.
A.S.S.C : S.Bettembost, J.L Gabet, B.Mischler.  
Tout au long de la phase d'exploration, des contacts ont été maintenus avec les services de l'équipement afin que le gouffre ne soit pas rebouché après son exploration. Pierre Doubey et Laurent Bresson (Président du Comité Départemental de Spéléologie du Jura) obtinrent satisfaction puisque l'entrée fut finalement équipée d'une trappe en ciment offrant à la fois la liberté d'accès et la sécurité des usagers. Par la suite, le caniveau qui aboutit au gouffre fut même détourné de l'autre côté de la route par une canalisation.