Gouffre d'Antona (Bohas-Meyriat-Rignat - Ain)

Bruno Mischler, Guillaume Ballet

Le Golet au loup destination initialement prévue semblant être inaccessible aux vues de renseignements récoltés par Bruno, nous nous rabattons donc sur le gouffre d'Antona que je ne connais pas et que Bruno a déjà fait mais il y a bien longtemps. Rendez vous est pris pour 10h à Ravilloles. Le temps d'opter pour la meilleure voiture à savoir plus d'une heure de trajet confortablement installé dans le Cmax de Bruno avec une petite marche pour accéder au trou ou au moins 1h30 en Land mais sans la marche d'approche, il n'y a pas photo,on charge le Cmax.

Bruno m'emmène donc directement au pied du mont où se trouve le gouffre. Nous décidons de faire une petite reconnaissance avant de nous équiper et prenons un azimut brutale dans les bois. Après une bonne montée qui nous réchauffe bien, je commence à entendre des : "ça devrait être plus par là ou, on devrait croiser un chemin ou il me semblait qu'il y avait un champs avant de monter dans le bois" bref, on était un peu dans le flou artistique. Heureusement Bruno avait son GPS et au bout d'une bonne demi heure, nous trouvons le trou, cerclé de barbelé comme dans la description. Sauvé !!! Un petit pointage GPS in situ et nous attaquons la descente et au sortir du bois, tout d'un coup, ... un champs et un : "ah là, je reconnais !" Bruno propose d'aller chercher la voiture et de se poser au dessus du champs, au soleil pour casser une petite croûte, bonne idée. Après la collation, nous nous équipons et c'est parti, regrimpette.

Sur une requête présidentielle, Bruno me laisse équiper les premiers puits et surveille la bonne marche des opérations. Le premier puits descendu, nous constatons avec plaisir qu'il y a à la base beaucoup moins d'embâcles que prévu enfin, c'est Bruno qui constate, moi je ne fais que dire "ah oui". Je continue l'équipement et après l'escalade je dis "ils sont cons de nous faire emmener une c15, l'escalade et équipée en fixe". Au sommet du ressaut, nous sortons donc notre 15m du kit eh oui on n'est pas con, on ne va pas porter pour rien et je reprend l'équipement avec une 30m seulement arrivé au sommet du P22 qui mène à la chatière et ou on doit prendre le deuxième kit, il doit me rester 8 ou 10m de corde ce qui va être un peu court. Du coup : "Bruno, je crois qu'on à fait une connerie, la 15m, ça devait être pour équiper du sommet de l'escalade au sommet du P22". Bruno remonte donc installer notre p...n de 15 m pour que l'on puisse continuer notre progression. Je descend alors jusqu'à la chatière et après plusieurs tentatives de pendule, je réussi à m'y rendre et à équiper le passage, Bruno me rejoint et prend la suite de l'équipement. C'est fou comme la spéléo sait créer des rapprochements, la cavité est grande et bien non nous voilà pendu tout deux dans un demi mètre carré! Le passage de la chatière ne se laisse pas forcer facilement et après deux tentatives de Bruno sur bloqueur et sur descendeur, il faut se rendre à l'évidence, ça ne passe pas. Nous inversons les places et je tente à mon tour de passer.

Après quelques bonnes minutes, je prend pied derrière et cherche comment équiper. Un seul spit bien placé! Je fini par trouver un An entre deux concrétions qui me semble faire l'affaire, un grand morceau de dyneema et le tour et joué enfin presque parce qu'à force de régler mon nœud, je me retrouve super court pour enlever mon descendeur mais tant bien que mal, j'y arrive. Je descend jusqu'à une dev au sommet du petit méandre conduisant au P28 et j'attends Bruno qui s'en voit avec cette chatière. Pas la peine d'insister, ça ne passe pas. Je remonte et rejoint Bruno, le fond ne sera pas pour aujourd'hui. Bruno s'occupe de déséquiper pendant que je remonte tranquillement. Une petite leçon de reliage de deux amarrages avec un As, la même que celle qui avait été donnée à la descente avec le tisserand double et nous voilà à la base du P29 d'entrée. C'est déjà fini! Nous remontons et profitons d'un soleil radieux pour nous déséquiper et boire une petite bière accompagnée d'un morceau de chocolat au beurre salé. Le retour sur Ravilloles se fait tranquillement et nous arrivons à la Mischler-home. Déchargement du matériel, re-petite bière et visite présidentielle. Il est 20h30 et je devrais déjà être rentré pour un anniversaire mais une journée aussi sympathique peut largement excuser un petit retard.