Grotte de la Chatelaine (Ney)

Léa Coquelle, Pierre-Jean Bareletta, François Jacquier (SCSC) Marjorie Martin (Exsurgence), Luc Rossigneux (SCJ)

Il était temps pour moi de tester la spéléo. Après tout ce qu’on m’a raconté et toutes les photos que j’ai pu voir, je me décide d’envoyer un mail à notre cher Président : A quand l’initiation ?

Deux jours plus tard me voilà à attendre la voiture présidentielle à Clairvaux.
François et Pierre-Jean me récupèrent et nous partons pour la Grotte de la Chatelaine, grotte aquatique donc pas besoin de matériel particulier. François avait prévu un stock de cerises pour la route et pour faire passer le temps il décide de nous faire jouer au lancer de noyaux, jeu apparemment connu dans le club.

Pierre-Jean était à l’avant et il se voit affronter le champion de la catégorie. Pierre-Jean tente de toucher les panneaux en propulsant son noyau… Mais c’est un échec. Pendant ce temps François fait monter le score et moi je savoure les cerises à l’arrière en faisant mon stock de noyau pour le retour : « chacun son tour ». Ce que l’on pourra retenir de cet aller c’est que Pierre-Jean doit s’entrainer et que les cerises étaient très bonnes.

Nous voici donc arrivés. Marjorie nous a retrouvé en cours de route. Et là une question de taille : est ce qu’on s’équipe avant de monter étant donné la chaleur de cette journée et des 20m à monter ou… Non bon d’accord on s’équipe, pas le choix tout le monde était en combinaison, donc je les accompagne. Nous étions prêts a décoller, quand Luc « un vieux de la vieille » arrive. Ça discute de débit, de vérification avant de s’équiper, trop tard nous on est équipés, on vérifiera en haut !

On commence à monter, 20 minutes ont suffis à Pierre-Jean pour oublier le prénom de Marjorie et elle celui de Pierre-Jean. Entre « Marie » « Majolaine » et « Madeleine » nous n’étions plus cinq mais une quinzaine sous terre. Marjorie quant à elle opta pour un « Pierre Paul Jacques » simple et efficace.

près un bref cours de géologie de François nous voici arrivés en haut. Pour Luc tout est OK, on peut rentrer, il nous rejoindra sous terre. François ouvre la marche. Pour entrer dans cette grotte deux options : être mince (j’ai essayé, le verdict est sans appel…) ou faire preuve d’ingéniosité et d’équilibre. Nous voici enfin au frais ! GE-NIAL, j’aime la spéléo c’est décidé ! Il suffit de quelques mètres pour se retrouver les pieds dans l’eau et des moustiques pleins les yeux, François décide de laisser la première place pour que l’on puisse voir l’eau claire. La grotte est magnifique, chacun son tour nous demandons des renseignements à François sur les formations particulières que nous pouvions voir.

Nous progressons dans la grotte, nous avons eu le droit à plusieurs démonstrations du travail de l’eau : « le 100 mètres haie » comme l’appel François, des piscines très profondes (l’eau était très rafraichissante il n’y a pas de soucis), un petit trou pour montrer ses talents de contorsionniste (apparemment Claire doit s’en souvenir de ce que l’on nous a raconté), des passages étroits, des moins étroits… Enfin de tout, parfait pour découvrir ce que peut offrir la spéléo ! En cours de route Pierre-Jean s’écrit « on est suivi ». Et là je me suis dit « ok je n’aime pas la spéléo », parce qu’ayant été une grande adepte des films d’horreurs, j’ai vu The Descent… Si vous connaissez vous comprendrez, sinon je vous laisse découvrir. Mais bon, dans notre film à nous il ne s’agissait que de Luc ! Ouf, j’aime toujours la spéléo. D’autant plus que c’est journée masque de visage gratuit avec l’argile rouge à disposition. J’ai voulu me faire un masque complet mais je me suis contentée de petites bandelettes, très jolies pour les photos (autre histoire, suspens !!)

Nous voilà donc cinq, Pierre-Jean profite de l’occasion des retrouvailles pour dessiner sur monsieur le Président. Marjorie apprécie son œuvre « ce qui est bien quand on suit François c’est qu’il sourit tout le temps »

La grotte se termine bientôt, François repère quelques spots photo pour le retour. Et nous voici arrivés au grand siphon qui signal la fin de notre progression. Et le début du shooting photo ! La spéléo c’est varié : mannequin et support de flash. Pierre-Jean commence, je tiens les flashs, « prends un air intelligent, pour une fois et fait comme si tu avançais » (hop hop hop, ça ce n’est pas pour moi…). « Bon ça ne va pas, Léa mets le flash plus en haut […] Bon toujours pas, Léa relève encore le flash […] ça ne va pas comme je veux… Pierre Jean prends la place de Léa et prends le deuxième flash, Léa tu prends sa place » Euh… ??? Bon d’accord. Donc le but c’est de prend un air intelligent/ sérieux sur la photo c’est ça ? D’accord… Autant vous dire que ceux à qui j’ai pu expliquer pourquoi je prends des airs très étranges sur les photos vont vite comprendre pourquoi je le fais en regardant celles-ci… Mais bon apparemment François est content, ça rend mieux avec cette technique. Au tour de Marjolaine, euh, Mari, non Marjorie.

La séance photo est terminée, on repart après 10 bonnes minutes. Mais le deuxième shooting n’est pas très loin. Et c’est reparti, même air intelligent, même organisation pour les flashs mais cette fois Luc s’en occupe. On fait tout bien, enfin… Pour Marjorie et Pierre-Jean, la mienne : une cata « on dirait que tu es tordue dessus » … En plus de la tête j’ai un corps difforme… Et bien… Je ne suis pas sauvée… Pierre-Jean demande une petite photo perso qui devrait bientôt atterrir sur son profil Facebook selon François. Puis une dernière : la petite photo de groupe qui ne semblait pas plaire au photographe mais « heureusement qu’il y a Photoshop » Nous sommes sauvés ! Les 20 minutes de shooting nous ont tous refroidis, nous commencions à regretter la chaleur caniculaire extérieure.

Nous partons pour le chemin retour, les mêmes obstacles, la même énergie… Ah non… C’est bien ce qui ma value de tomber la tête la première dans une vasque… Mauvaise gestion articulaire. On arrive à la sortie, la chaleur se fait déjà sentir. On commence notre ascension et là gros choc thermique… Finalement on était mieux à l’intérieur ! Nous descendons jusqu’aux voitures, tournée générale de chocolat par Pierre-Jean qui finalement ne sera savourer que par les trois du club (le chocolat, pas Pierre-Jean), les autres sont plus raisonnables.

Avant de retourner sur Clairvaux, François nous emmène voir les traces de dinosaures à Loulle. Impressionnant et très intéressant à voir. Et nous voici partis pour le chemin du retour, pour ce que j’attendais depuis l’aller : mon lancé de noyaux de cerises ! Finalement ce retour aura été plus concluant que pour l’aller de Pierre-Jean, j’ai réussi à toucher un panneau ! La chance du débutant ? Je ne sais pas, mais en tout cas j’ai trouvé une nouvelle occupation pour cet été !

Première sortie vraiment géniale. D’accord j’admet que la spéléo c’est bien aussi et que, oui, il n’y a pas que le canyon dans la vie.