Week end Spéléo dans le Vercors les 2-3-4 novembre 2018 - Scialet Félix

Index de l'article

Scialet Félix (St Martin le Colonel – 26)

le 02 novembre 2018

Jean-Luc Lacroix, Cyril Lacroix, Candice Gressier, Louis Journault, Anne Corriol.

On revient vers le gîte, on se tâte : la chaleur est tentante, toujours pluie et brouillard dehors... Les garçons sont chauds eux, du coup on repart tous à pied pour le Scialet Félix noté à 300 m du gîte sur les panneaux de rando. On trouve facilement le trou, bien large et à proximité du GR. Jean-Luc est encore à l'équipement, et le départ est sous un gros arbre d'où il faut un peu se balancer dans le vide. Pas autant impressionnant que le Meynier tout de même. Après ce P35, on arrive dans une grande galerie avec un fond en pente, éboulis, puis argile glissante « mondmilch » bien blanche. Mains courantes, petits rappels... « cordes facultatives » qu'ils disaient dans le topo... on est bien contents de les avoir les cordes ! Les parois sont couvertes de chou-fleurs (blanches et molles), c'est
très spectaculaire, tout le monde s'extasie ! La galerie se rétrécie et il faut alors un peu se tortiller, mais ça plait bien à tout le monde et le mondmilch, ça glisse ! On a l'impression de progresser dans un immense fromage de Féta... la consistance, la couleur sont très très proches ! Et là on va au fond : - 110 m donc.
La remontée s'effectue sans souci et on débouche dehors dans la nuit et toujours sous la pluie.

TPST : 4h ( ??)

Retour au gîte à pied où Jean-Luc G et Guillaume nous attendent autour d'une bière locale. Rangement et séchage du matériel dans le garage bien pratique pour ça, on a toute la place qu'il nous faut ! Cyril et Candice se dépêchent de rentrer à Chambéry.
On est pile-poil pour le repas : pâtes et c'est parfait.
Discussion sur le programme du lendemain, les gars vont enkitter (moi... heu... je suis fatiguée... j'ai des trucs à faire... je suis pas indispensable non?). Puis au dodo !
Étonnamment, la nuit est calme, pas de ronfleurs !
Le lendemain, ouverture des rideaux : on voit pas le bout du bâtiment, le brouillard est encore plus dense qu'hier, mais il ne pleut plus.